Pour l’agriculture, l’eau est une ressource indispensable

Pour l’agriculture, l’eau est une ressource indispensable

L’agriculture est au centre de l’alimentation mondiale. Elle représente aujourd’hui 40% de la production mondiale tout en comptabilisant 70% de la dépense mondiale en eau.

Les chiffres clefs d’une ressource VITALE :

  • 730 000 litres d’eau chaque année pour alimenter et faire vivre un habitant de la planète, soit 2000 litres par jour.

La consommation n’est pas égale d’un habitant à un autre comme nous pouvons le voir avec les plus gros consommateurs d’eau par habitant qui sont :

  • Les Américains avec près de 2,5 millions de litres d’eau par personne et par an.

Pour faire une comparaison, en France, chaque habitant consomme pendant une journée, en moyenne, 140 litres d’eau potable tandis qu’un Américain en consomme jusqu’à 600 litres !

Les agriculteurs savent et prennent conscience qu’en dépit du bleu qui rappelle celui de notre beau ciel d’été, la quantité d’eau douce aisément disponible pour leur activité est très faible.

En agriculture, l’eau est une ressource vitale et indispensable à laquelle vient s’ajouter une probable augmentation des restrictions des volumes d’eau alloués à ce domaine d’activité. L’irrigation est vitale pour répondre aux besoins des différentes cultures (Blé, tomate, Soja, melon, etc…). Prise entre la rareté de la ressource et la montée en puissance de l’agriculture intensive.

L’agriculture n’est pas seulement menacée par une raréfaction de l’eau car à cela viennent s’ajouter les premiers effets du changement climatique qui se font déjà ressentir avec des épisodes de sécheresse beaucoup plus durs et surtout plus fréquents.

Comment développer l’agriculture ainsi que l’irrigation tout en économisant une ressource qui se raréfie ?

En Europe les autorités, alarmées par la situation, ont décidé d’œuvrer pour préserver l’eau, cette ressource rare et vitale pour l’homme.

Les entreprises s’inquiètent également du sort de cette ressources ! Car sans eau plus de poisson rouge !

Mais pour y arriver devons-nous miser sur les quotas, la technologie ou une refonte de ce secteur ?

})(jQuery)